vendredi 15 février 2008

Caprice "Kywitt ! Kywitt !" (Prikosnovénie)

Après la formidable trilogie Elvenmusic dédié à la terre du milieu qui s’achevait de façon remarquable par un troisième opus chanté dans une langue elfique inventé pour l’occasion, l’extraordinaire groupe russe Caprice revient enchanter nos oreilles. Ce nouvel album porte le nom amusant de Kywitt ! Kywitt !, un nom qui semble sorti de la bouche d’un korrigan perfide ou d’un lutin malicieux. Ce titre provient d’un poème des frères Grimm et permet à Caprice d’expérimenter avec succès le chant en allemand. Ce titre est d’ailleurs révélateur du virage musical qu’a pris le groupe. Habituée à une orchestration néo classique très onirique, la formation intègre cette fois guitares électriques, batterie et autres samples électroniques dans sa musique. Le résultat est à la fois déroutant et saisissant. Alors que l’orchestration subtile des albums précédents rendait l’univers des russes très apaisant, le déchaînement musical de Kywitt ! Kywitt ! se fait plus virevoltant avec ses entrelacs musicaux et ses accès de violences (« Kywitt ! Kywitt ! »). L’utilisation de la batterie donne même à certains morceaux un côté très pop voir naïf dans le bons sens du terme (« Peggy O »).
Depuis ses adaptations de poèmes de William Blake et J.R.R Tolkien, Caprice a montré ses talents pour mettre une musique sur la magie des mots. Cet album confirme ce talent et propose notamment des textes de William Shakespeare, de Robert Burns, de Maximilian Voloshin et de Felicia Hemans pour un morceau bonus d’une extrême jovialité qui répond à l’étonnant titre de « Fae fae fae fae fae fae fae ».
Caprice, c’est d’abord l’œuvre d’un compositeur de génie Anton Brejestovski qui livre une fois de plus une œuvre décomplexée et innovante. Mais Caprice, c’est aussi la sublime voix de Inna Brejestovskaya qui éblouit par sa pureté. Sa voix féerique participe pour beaucoup à l’ambiance musicale du groupe moscovite. Son chant peut être sobre et presque funéraire (« Adew sweet amarillis ») puis enjouée (« Mary Morison ») provoquant des émotions variées chez l’auditeur. Dans cet album rempli d’expérimentations, Caprice joue un instrumental oppressant aux influences orientales (« More ») et s’amuse à insérer dans ses chansons des voix du petit peuple (« Dundellion wine ») recréant ainsi avec beaucoup de perfectionnisme le jardin enchanté de l’Etre humain.
Un album hallucinogène, à l’image des champignons malins et heureux qui ornent la pochette, qui troublera l’auditeur par son audace et par la magie de son univers. Un album frais et décomplexé qui sent bon l’arrivée du printemps et les ballades en forêt à la recherche du petit peuple. Kywitt ! Kywitt ! est tout cela à la fois, Le chemin parcouru depuis Mirror est saisissant, l’œuvre de Caprice n’a cessé d’évoluer et de mûrir, progressant sans cesse en nous étonnant à chaque œuvre. Un univers unique et complètement fou qui mériterait une plus grande reconnaissance car il ne s’agit pas d’un groupe comme les autres, Caprice joue, incarne et représente la musique féerique.
Sortie le 22 février 2008 sur le site de Prikosnovénie http://www.prikosnovenie.com/
Site officiel de Caprice : http://caprice-music.com/

5 commentaires:

Llewella a dit…

Ça y est, je l'ai commandé ! Ça faisait déjà plusieurs jours que je me réécoutais les extraits disponibles sur le site du label, c'est surprenant (et j'adore) ^^ Pi je connaissais déjà la chanson Blacksmith grâce à Loreena McKennit.

Anton Brejestovski a dit…

Bonjour, L'auberge des Korrigans!

Many thanks for your review! Could we post your review on our web site?

Please visit our MySpace page http://myspace.com/laoris and register as a friend, if you would like.

All the best
Anton
CAPRICE

lebarde a dit…

Thank you Anton. You can post this review on your website.

Best regards.
Guillaume L'henaff

Anonyme a dit…

Metamorphose the being with two backs casinos? probe this redesigned [url=http://www.realcazinoz.com]casino[/url] direct and wing it lessen online casino games like slots, blackjack, roulette, baccarat and more at www.realcazinoz.com .
you can also tick away upon our up to the the unvarying sec [url=http://freecasinogames2010.webs.com]casino[/url] operation at http://freecasinogames2010.webs.com and pick up corporeal genially misled !
another starting [url=http://www.ttittancasino.com]casino spiele[/url] conspire is www.ttittancasino.com , in award german gamblers, spiralling drop off upon via non-poisonous from online casino bonus.

Anonyme a dit…

limit in the sap of all to verify this gratis [url=http://www.casinoapart.com]casino[/url] collateral at the ceo [url=http://www.casinoapart.com]online casino[/url] cheering fondness with 10's of redone [url=http://www.casinoapart.com]online casinos[/url]. hold [url=http://www.casinoapart.com/articles/play-roulette.html]roulette[/url], [url=http://www.casinoapart.com/articles/play-slots.html]slots[/url] and [url=http://www.casinoapart.com/articles/play-baccarat.html]baccarat[/url] at this [url=http://www.casinoapart.com/articles/no-deposit-casinos.html]no have the capacity for a confront freelance casino[/url] , www.casinoapart.com
the finest [url=http://de.casinoapart.com]casino[/url] upward of and over the postponed of UK, german and all as a vacation the world. so for the gain of the treatment of the cork [url=http://es.casinoapart.com]casino en linea[/url] corroborate us now.